Lorsqu'on essaye de trouver des alternatives durables à certains objets, on arrive tôt ou tard à utiliser des productions cousues par des petits créateurs et artisans. Si cela permet de privilégier le local et de laver plutôt que de jeter, il y a cependant deux pièges à éviter. Bien entendu, cela est également valable pour tout autre textile, industriel ou non.

1. "Est-ce que j'en ai vraiment besoin" ?

En cherchant des créations sur les marchés,  en boutique, en ligne, on découvre toutes sortes d'objets cousus à la main. Il est facile de se laisser tenter par leur beauté, leur originalité, ... Mais parfois, respecter son environnement signifie aussi savoir vivre sans trop de superflu. Il est bon de se demander si cet objet nous est vraiment indispensable avant de l'acheter. Un exemple ? Le rouleau d'essuie-tout (avec pressions ou non), assorti aux couleurs de votre cuisine... N'aviez-vous pas des tissus usagés, des chiffons, d'anciennes serviettes à découper... ?

2. "Quel est le tissu utilisé" ?

Connait-on réellement la composition exacte de l'objet en question ? Sait-on quel a été le processus de fabrication du tissu puis de l'objet ? Rarement... L''impact écologique des textiles est une réelle question environnementale. Mais de l'agriculture à la vente, le cheminement est très complexe.

Pour essayer de faire attention à notre niveau, il faut se questionner sur la culture des matières premières (utilisation de pesticides, consommation d'eau, ...), la fabrication et la distribution (teintures, produits nocifs ajoutés, transport, ...) et enfin sur l'utilisation le recyclage (lessive, deuxième vie possible ou non, ...).

- Donner une seconde vie à un textile permet d'éviter un déchet immédiat et la création d'un autre tissu. Certains créateurs utilisent par exemple d'anciens vêtements pour concevoir des sacs à vrac.

Un p'tit exemple en passant : les sacs à vrac en tissu recyclé de la créatrice bretonne Ti'M :

25151947_1499792493471065_7083290443784321206_n

- Le coton biologique : un peu moins gourmand en eau (moitié moins) et en adjuvants chimiques (compost naturel) que le coton standard. Les fibres sont blanchies à l'eau oxygénée et non au chlore. Les teintures sont réalisées sans substances nocives ou métaux lourds.

Pour en savoir plus sur les labels et certifications :

 

SKAL International - Programmes de certification
Sustainable Textile certification : Produit utilisant 100% de matière biologique certifiée (soir Régulation (EEC) 2092/91 ou USDA NOP)
Organic Exchange certification : permet la tracabilité d’un pourcentage de coton biologique certifié.
www.skalint.com
GOTS - ou Global Organic Textile Standard
Ce nouveau label est le résultat d’un groupe de travail international oeuvrant pour l’harmonisation des certifications concernant les textiles biologiques à échelle internationnel. Le label GOTS garanti un coton sans engrais et sans pesticides.
www.global-standard.org
OEKO-TEX 100
Oeko-Tex Standard 100 contrôle de substances indésirables sur textile garantit qu’il n’y a ni formol, ni méteux lourds, pas de colorants azoïques dangereux.
www.oeko-tex.com
ECO-LABEL
Label écologique de l’Union européenne.
Système d’homologation unique destiné à aider les consommateurs européens à discerner les produits et services favorables à l’environnement (en dehors des denrées alimentaires et des médicaments).
www.eco-label.com
ECO-CERT
Ecocert est un organisme de contrôle et de certification basé en France qui délivre des certificats établissant que les produits sont conformes au mode de production biologique.
www.ecocert.fr

- Les autres fibres naturelles : chanvre, lin. Voici un extrait d'un article intéressant et éclairant : (pour l'article complet voir plus bas)

LE LIN

Un tissu écologique ? 
Le lin n’est pas d’office « bio », mais il pèse nettement moins lourd sur l’environnement que d’autres fibres de culture conventionnelle. Il est encore cultivé et transformé localement : la région des Flandres et d’autres régions européennes restent de grands producteurs de lin, reconnu comme étant de qualité supérieure.
Son atout : il a besoin de 5 fois moins d’engrais et de pesticides que le coton (non bio) et n’a pas besoin d’irrigation. Des filières de lin bio existent déjà, mais sont encore peu développées.
Sa transformation en fibres est un procédé mécanique, qui ne demande ni eau ni solvants.
Tous les sous-produits sont utilisés : pulpe (dont on fait du papier : les billets de dollar, par exemple, contiennent des fibres de lin), graines (alimentation), huile (alimentation, cosmétiques, traitement du bois, peintures, encre à imprimer)…
Ceci dit, le lin peut recevoir des traitements de finition, par exemple pour éviter le froissement et pour faciliter le repassage. Ces traitements sont à base de produits chimiques.

Malgré cela, le lin reste un bon choix. Un écobilan réalisé en 2008 a comparé l’impact environnemental de deux chemises, l’une en lin et l’autre en coton. Le lin génère nettement moins de pollution de l’eau et consomme beaucoup moins d’eau à la production. Par contre, son utilisation (lavage, repassage) produit un peu plus d’émissions de CO2. Les
chercheurs sont partis du principe « porter la chemise un seul jour ». Porter sa chemise
plus longtemps et surtout, peu ou ne pas repasser permet de réduire considérablement
l’impact. Pour lire l’écobilan : http://ecoloinfo.com

LE CHANVRE

Aujourd’hui, en Europe, c’est surtout la France qui s’est relancée avec ferveur dans la culture du chanvre : elle est premier producteur européen et le deuxième producteur mondial. La culture bio est expérimentée en Bretagne.

Vêtements 
Le chanvre a la solide réputation d’être… inusable. Les premiers jeans étaient d’ailleurs fabriqués avec du chanvre. Au niveau du confort, il présente les mêmes avantages que le lin : anti-bactérien, isolant en hiver, frais en été. Grâce à son tissé bien serré, il protège efficacement contre le soleil. Le chanvre est également très absorbant et donc un bon choix pour les langes en tissu. Le textile en chanvre reste cependant encore relativement cher : sa transformation est une opération longue et peu rentable.

Article rédigé par Els De Geest, dans « L’art d’éco…consommer! » la newsletter du Réseau Eco-consommation (n°50, juillet 2009)

- Le coton : fibre la plus utilisée au monde... et la plus polluante ! Sa culture nécessite un quart des pesticides utilisés dans le monde pour 2,4 % de la surface agricole. La consommation d'eau pour sa production est énorme : 1 kg de coton demande entre 7 000 et 25 000 litres d'eau; un T-shirt peut demander jusqu'à 25 000 litres d'eau et émettre 52 kg de CO2. Cette pollution agit sur ceux qui le produisent, sur ceux qui habitent dans les régions productrices, sur la faune et la flore et sur ceux qui le portent. La consommation d'eau est une catastrophe pour les régions productrices : elle assèche des zones entières, telles que la mer d'Aral, disparue.

- La viscose de bambou : certes conçue à partir de bambou mais transformée chimiquement (soude caustique, ...) donc une production polluante et une fibre qui devient artificelle. Attention, il n'existe que des recommandations pour les étiquettes : la fibre de bambou naturelle est extrêmement rare (le prix de revient de sa production, grâce à des méthodes naturelles telles que la vapeur ou l'ebullition, est très élevé donc cette fibre est réservée à quelques produits haut de gamme). Il s'agit quasiment exclusivement de viscose de bambou. Malheureusement, son succès actuel conduit à la déforestation de certaines zones pour créer de nouvelles pantations.

- Le polyester ou fibres synthétiques : avec un coût de fabrication peu onéreux, il est très polluant. En effet, il nécessite l'utilisation de pétrole, ressource non renouvelable et qui pollue. Il faut environ 1,5 kg de pétrole pour 1 kg de polyester. Sa teinture est effectuée avec des agents nocifs et toxiques. Enfin, à chaque passage en machine à laver, quelques particules de plastique sont rejetées dans la mer... et l'on connaît la suite.

Maintenant que vous en savez un peu plus, libre à chacun de se faire son idée et d'agir en connaissance de cause. Avant tout achat, questionnez et questionnez-vous vous-mêmes sur sa composition !